Le revenu universel, un revenu pour la vie ?

De Thomas More à Christine Boutin, en passant par Dominique de Villepin, John Stuart Mill et Pierre Larrouturou, l’idée d’un revenu universel traverse les siècles comme les courants de pensée. Transpartisan mais pas unanime, le revenu de base est un concept relativement ancien qui s’est peu a peu affiné et popularisé jusqu’à trouver de réelles applications de par le monde. Explications.

dedededed

Quand les pays développés font face à une crise économique durable, que les pays du tiers-monde peinent à trouver leur place dans l’économie mondiale et que les probabilités d’un retour au plein-emploi semblent aussi mince que notre taux de croissance actuel, le revenu universel ressort des placards. Après un dépoussiérage en règle et une remise au goût du jour, ce dispositif se refait peu à peu une place dans les débats public et politique. Dans son rapport sur le projet de loi numérique remis à la Ministre du Travail, Myriam El Khomri, le Conseil National du Numérique met en garde contre les mutations du monde du travail, actées mais aussi à venir. Le revenu de base figure notamment dans les propositions de solutions pour faire face à la diminution du vivier d’emplois, avec le recours de plus en plus fréquent aux machines. Alors que la croissance est au plus faible, que le plein-emploi semble vivre ses dernières heures et que les postes à pourvoir se font et se feront de plus en plus rares, des militants de tous bords se saisissent de la question du revenu de base et louent ses bienfaits naturels. La série Trepalium, bientôt diffusée sur Artepropose d’ailleurs un avant-goût d’une société où seuls 20% de la population travaillent et où les 80 autres luttent pour leur survie.

dede

Le revenu Universel, pour quoi faire ?

Je vous en avais parlé dans ma rétrospective de l’année 2015 en bonnes nouvelles et dans la Revue de Web #3. Le revenu universel, aussi appelé revenu d’existence ou revenu de base, est un dispositif de rémunération simple qui fonctionne comme un revenu minimum mais accordé à tous. Ses défenseurs lui attribuent de multiples bienfaits : relâcher la pression sur les salariés, redonner goût au travail, simplifier l’administration française et faire des économies, et last but not least : redynamiser le travail et donc l’économie. Le Mouvement Français pour un Revenu de Base définit le revenu universel comme suit :

dede

Le revenu de base est un droit inaliénable, inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, distribué par une communauté politique à tous ses membres, de la naissance à la mort, sur base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie, dont le montant et le financement sont ajustés démocratiquement.

deded

Il est inaliénable car distribué quelque soit votre profil personnel et vos choix de vie; inconditionnel car distribué à tous « sans exigence de contrepartie » ( que vous soyez un criminel, chômeur, ouvrier, handicapé, rentier, banquier…); et cumulable à d’autres revenus, et c’est là le premier point d’achoppement entre les différents promoteurs du RDB. Il érige donc le principe d’égalité totale sur un piédestal, qui ne saurait être renversé pour quelque raison que ce soit. Le Mouvement Français pour un revenu de base s’oppose donc sur un point avec les mouvements libéraux comme celui qui oeuvre pour l’instauration d’un RDB en Finlande. C’est sur en effet sur le principe du cumul que les premières divergences se font sentir. En France, la version libérale est notamment portée par l’économiste Marc de Basquiat et le président du thinkthank Génération Libre, Gaspard Koenig. Celle-ci propose de remplacer toutes les prestations sociales existantes par un revenu universel. Cette idée avait déjà été portée au 19ème siècle par des libéraux comme John Stuart Mill. Le MFRB, quant à lui, souhaite que ce revenu s’ajoute aux prestations existantes -pas toutes, certaines comme le RSA, seront supprimées- de façon à ne pas enfoncer plus encore les personnes en difficulté. La plus grande crainte du MFRB ? Le détricotage de l’Etat-Providence par une subtilisation du revenu de base par la droite libérale.

ded

L’idée du revenu de base étant de garantir à chacun un revenu mensuel d’un montant suffisamment élevé pour couvrir les frais de premières nécessités et soulager les travailleurs du poids du salariat. Ses objectifs diffèrent selon les courants:

  • Créer une société plus performante et épanouie en libérant les individus des contraintes liées à leur survie et donc du poids du travail. Attention il ne s’agit pas de supprimer le travail, mais avant tout d’assurer un filet de sécurité en cas de licenciement ou de reconversion voire de non-travail. Cet aspect est cher aux libéraux pour qui le revenu universel doit libérer les individus d’une contrainte pour les inciter à entreprendre et à consommer plus facilement et donc réaliser pleinement l’idéal libéral. D’autre part, certains citoyens pourraient choisir de compléter leur revenu de base avec des temps partiels, ce qui créera forcément des emplois et du bénéfice moral. L’objectif étant de lutter contre la concentration des richesses, qui nuit à tout le monde même aux riches, et d’enfin concrétiser l’article 25 de la Charte des Droits de l’Homme.
  • Simplifier le mille-feuille administratif et social et faire des économies, que ce soit pour les libéraux avec la suppression totale des autre prestations sociales, comme pour les plus prudents du MFRB qui supprimeraient certains prestations comme le RSA. Car dans l’absolu, toute économie est bonne à prendre !
  •  Emanciper les citoyens du joug du seul travail rémunéré. La richesse ne se mesure pas qu’en échanges commerciaux. Les militants de gauche voient dans le revenu de base une vraie opportunité pour favoriser les activités non (ou moins) rémunérées mais tout aussi créatrices de richesses comme l’engagement politique, associatif, les tâches ménagères, la prise en charge de ses enfants et de ses proches invalides ou vieillissants etc… L’occasion donc de sortir du salariat tant décrié par Karl Marx. Pour les libéraux, il s’agit aussi d’apporter plus de flexibilité au marché du travail.
  • Revaloriser les professions jugées « dégradantes » et autres professions sous-rémunérées. Assuré de ce revenu de base, le citoyen pourra également choisir avec plus de souplesse sa profession. C’est à dire qu’il pourra choisir un travail peu rémunéré, parce que non qualifié ou à temps partiel pour compléter son revenu de base. Le travail sera moins subi que choisi, et s’en suivra une société plus motivée et épanouie. Cela aura également comme impact de ressusciter ou d’entretenir des savoirs et des artisanats dont la valeur marchande est en chute libre.

Vidéo explicative:

dede

Un rêve de moins en moins utopique

Ce doux rêve devient peu à peu de plus en plus réaliste et réél. De l’Inde au Brésil en passant par la Namibie, la Finlande  et le Canada, de plus en plus d’expérimentations prennent vie de par le monde. La crise et à la perte de vitesse du modèle actuel participent grandement de ce regain d’intérêt pour le revenu de base. Pour beaucoup, les chances de réussir son ascension sociale paraissent de plus en plus minces. Aussi, de nombreux citoyens cherchent des solutions nouvelles et des modèles de société alternative. Ce n’est pas pour rien que le mouvement français prend racine dans les villes du Sud de la France où se rassemblent souvent les communautés alternatives. En Espagne, ce sont les militants de Podemos qui portent l’idée sur le devant de la scène. En Namibie comme en Inde, il s’agit de sortir des villages entiers de l’extrême pauvreté et de leur dépendance aux ressources naturelles directement (non) accessibles.

Tour du monde des expérimentations du revenu universel en carte
Dézoomez d’un ou deux crans pour voir la totalité de la carte.

ddede

Le Revenu de Base ne fait pas l’unanimité

Loin de là… Que ce soit en interne ou en externe, le mouvement favorable à l’instauration d’un revenu universel en France n’est pas exempt de critiques. Tantôt qualifiés d’utopistes, tantôt d’inconscients, les partisans du RDB sont accusés de faire l’éloge de la paresse voire de « décomposer la société« . Parmi ses détracteurs, on compte les habituels anti-assistanats, les libéraux purs et durs et autres courant libertariens qui par définition dénigrent toute intervention de l’Etat et toute forme de coercition sur les citoyens. Historiquement très prégnants aux Etats-Unis, les courants libertarien et anti-federaliste refusent toute forme de coercition fédérale et placent les libertés individuelles et étatiques tout en haut de leur pyramide de revendications. Cette figure historique du fermier autonome et libre trouve encore de nombreux échos dans certains états américains, en atteste la prise d’otages par une milice libertaire dans l’Oregon depuis début janvier qui demande la défédéralisation de leurs terres. Ces modes de pensés existent évidemment dans une moindre mesure chez toute forme de liébéralisme et de partisans du laissez-faire qui minimisent le rôle de l’Etat dans la vie économique et sociale des citoyens. Bref, le MFRB s’est chargé de compiler et de démonter les arguments des détracteurs du revenu universel. Alors le revenu de base, bonne idée irréaliste ou fausse bonne idée ?

 

Pour aller plus loin

Des films documentaires :

Publications de recherches universitaires : 
Un revenu pour exister, Revue Mouvements

L’économie politique, faut-il défendre le revenu de base ?

Regards croisés sur l’économie : pour en finir avec la pauvreté

Toutes les publications de Yannick Vanderborght

Les Associations :

AIRE : l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence.

Le site du mouvement français pour revenu de base.

Le site de Basic Income Europe.

Suivre l’actu :

L’inconditionnel, le journal sur le RDB.

Twitter :
BasicIncomeEurope

Basic Income Earth

Mouvement Français pour un Revenu de Base

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s