DC Comics vs Marvel : la bataille fait rage

Entre les mutants de Marvel et les justiciers de DC Comics la guerre est bel et bien déclarée. Et pourtant, la franchise de la Warner peine a conquérir les spectateurs. Décryptage de la planète super-héros.

Vielles rancunes

Du premier Batman sorti en 1966 en passant par la saga Superman puis un retour sur le devant de la scène pour l’homme chauve-souris, l’incroyable parcours de DC Comics est ensuite tombé dans le creux de la vague pendant les dix dernières années. Elle a bien tenté de renouer avec le succès avec les récents et décevants Batman vs Superman et Suicide Squad. Mais à ce jour, seule la trilogie de Christopher Nolan est restée dans les mémoires.

Mal en point, The Walt Disney Company a trouvé dans le film de super-héros sa nouvelle vache à lait. Elle se fera le mécène de la mouvance super-héros en acquérant, dès 2009, la société Marvel Entertainment pour 3,6 milliards d’euros. Une bagatelle en comparaison des 10 milliards générés depuis. De quoi se refaire une bonne santé. Si bonne qu’elle peut aujourd’hui dérouler les films sur des personnages tous plus fantasques les uns que les autres. Même l’assez ridicule Ant-Man est parvenu à générer plus de 500 millions d’euros de recettes et de truster la seconde place du box-office américain pendant plusieurs semaines.

Après des débuts remarqués mais mitigés au début des années 2000, fort de ce nouvelle force de frappe budgétaire, le studio atteint désormais des sommets et ses films campent presque systématiquement les premières marches du box-office. En 2015, c’est Avengers 2 qui a généré le plus de revenus avec 1,4 milliards de dollars, juste derrière Jurassic World et l’autre poids lourd de Disney, le premier épisode de la nouvelle saga Star Wars.

La guerre était déclarée. Et entre les deux molosses du secteur, difficile de se faire une place. Certaines adaptations ont bien tenté leur chance avec plus ou moins de succès. On retiendra le très réussi The Mask (Dark Horse Comics), magistralement interprété par Jim Carrey ou encore la trilogie Men In Black (Aricel Comics).

Un style incisif : comique et pop

Pour se tailler la part du lion, Marvel a commencé par se démarquer de son rival historique, premier à avoir porté le super-héro sur le grand écran, en adoptant un style de narration plus dynamique et une recette miracle qui fait désormais tous les succès de ses films. Loin des univers sombres souvent associés à la justice et au crime de DC Comics, le studio de Disney a trouvé sa propre marque de fabrique mêlant humour plus ou moins lourd et action décoiffante.

Récemment, devant l’épuisement des blagounettes d’Iron Man ou des Avengers, le studio a pris la tangente et adopté un style encore plus percutant. D’un humour potache, les dialogues ont progressivement basculé vers un humour décalé voire cynique. Un style sublimé par une bande-son pop qui a fait ses grands débuts dans les Gardiens de la Galaxie et dont son nouveau personnage Deadpool s’est fait l’ambassadeur jusque dans les opérations de promotions extérieures au film lui-même.

A contre-courant de l’ambiance bon enfant et happy ending à l’américaine, les studios Marvel ont su développer un nouveau style qui séduit une autre catégorie de fans, notamment les plus âgés. C’est cette variété qui constitue aujourd’hui le gros de sa force de frappe.

Ce style, Marvel l’a inventé, DC Comics s’y est essayé… et s’est pris un mur. Souhaitant surfer sur la vague décalée des derniers films de son concurrent, Suicide Squad a été conçu dans la même mouture : des méchants punk et insolents et une bande-son énergique. Mais la recette n’aura pas pris et les critiques ont été radicales : 0 pointé.

La guerre ne fait que commencer

A la manière de véritables stratèges de guerre, les deux géants ont réfléchi et élaboré des plans bien huilés. Si vous pensiez réchapper aux films de super-héros, c’est raté. Avec son Universe Phase 3, Marvel annonçait la couleur pour les prochaines années. Un programme chargé en sorties : Spider-Man Homcoming, Doctor Strange, les Gardiens de la Galaxie 2 et toutes une série de suites et nouveautés.

Du côté de la Warner, le film Superman Vs Superman a tout de même été un véritable succès commercial en dépits d’un accueil mitigé. DC Comics reprend du poil de la bête et se lance de plain-pied dans l’industrie du super-héros. La Warner reprend le même modèle en construisant sa stratégie autour de sa grosse Berta, Justice League, l’équivalent maison des Avengers. Les deux studios ont trouvé dans cette réunion de super-héros le meilleur moyen d’introduire de nouveaux personnages – et autant de films – tout en catalysant sur l’engouement des spectateurs pour chacun d’entre eux.

DC Comics dispose désormais de son propre arsenal de spin-off mettant à l’honneur ses différents justiciers masqués : Wonder Woman, Flash, Aquaman… Et la Warner en a bien besoin. Car les échecs successifs de Green Lantern, Jonah Hex ou Ghost riders conjugués aux maigres résultats des têtes d’affiche Man Of Steel et Superman Returns n’auront pas suffit à rattraper la machine Marvel. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur les dix plus grands succès de tous les temps, Marvel en compte trois, tandis qu’il faut redescendre jusqu’à 17e et 26e places pour trouver un film labellisé DC Comics…

affiche du film suicide squad

Les séries télévisées : le nouveau front de guerre

Hollywood est passé maître dans l’art du marketing produit. Spin-off, cross-over, prequel ou sequel, toutes ces techniques de base du répertoire cinématographique américain ont été utilisées et éprouvées par les deux studios. Mais c’est par le petit écran que l’ancien roi du secteur a initié son retour en grandes pompes. On compte déjà cinq séries portant sur des personnages de l’univers DC Comics (Flash, Gotham, Supergirl, Arrow et Legends of Tomorrow) et d’autres sont en cours de développement. Ce format télévisé lui permet notamment de renouer avec les intrigues plus noires et travaillées qui ont jadis fait sa force. Tandis que son rival Marvel joue plutôt sur le tableau du spectaculaire et de l’humour.

Mais attention, DC Comics est attendu au tournant par un Marvel bien décidé à déployer la grosse artillerie. Si la franchise de la Warner a été le première à signer son retour à la télévision, son rival n’est pas prêt de lui laisser le champ libre et contre-attaque déjà ou s’apprête à le faire avec pas moins de huit séries dans les starting-blocks, dont la très attendue Luke Cage dont le teaser vient d’être dévoilé.

Reste maintenant à savoir si la nouvelle stratégie de spin-off n’a pas été mise en marche trop tardivement, les fans du genre ayant déjà pu se rassasier avec pas moins de 45 films depuis le début des années 2000. La sortie de Justice League en novembre nous donnera un début de réponse.

A Bite of China, épopée culinaire à travers l’Empire du Milieu

On a tous rêvé de savoir ce qu’il y avait dans les nems, non ? Bon okay, les nems c’est pas chinois… Mais A Bite Of China, c’est une série documentaires sur la cuisine chinoise. Chaque épisode est consacré à un aspect, une tradition, un savoir-faire culinaire de cet Empire millénaire, pour ne pas dire culinaire.

Diffusée sur la chaîne nationale CCTV, cette série de documentaires (50 mins chaque épisode) vous emporte aux quatre coins du pays et vous initie aux traditions culinaires de multiples régions, de Hong Kong à Xi’an en passant par les montagnes du Henan, du Tibet et les plateaux de Mandchourie. N’oubliez pas de remplir votre panse avant de commencer à visionner les documentaires. La caméra HD qui se glisse au plus près de la confection des plats ouvre sacrément l’appétit. C’est littéralement une grande bouchée de Chine que vous allez déguster !

A chaque épisode sa découverte thématique

La série suit un fil conducteur somme toute logique : du plus basique au plus raffiné. Chaque épisode constitue une nouvelle étape dans la découverte de la richesse de la cuisine chinoise. Mais aussi de ses traditions culturelles et religieuses. A chaque savoir-faire abordé, les réalisateurs dressent en même temps le portrait de ceux qui récoltent, élèvent, fabriquent et mangent ces aliments au quotidien. On n’en prend pas que pour nos papilles et nos yeux, mais aussi pour notre curiosité. On y découvre ainsi la vie des pêcheurs de l’Est, des ramasseurs de fleurs du lotus, des apprentis cuistots,  des nomades du Nord, des habitants des montagnes, ou de ceux des villes, tous unis par une même culture de la cuisine ! ( Que c’est beau… Vous verrez, ca reste un docu chinois, ça ne manque donc pas de mise en scène et de naïveté parfois criante).

Le premier épisode aborde les « dons de la Nature ». Une nature extraordinairement riche qui n’est que le résultat d’un territoire immense qui regorge de merveilles aussi diverses que goûtues  ! Dans cet épisode, découvrez comment sont ramassées les pousses de bambou, les champignions shitaké et les racines de lotus ! Cet épisode dressse un portrait assez saisissant de ces chinois qui dépendent directement de leur terre nourricière. A l’opposé du capitalisme sauvage qui dévorent les grandes villes.

 

Le second est entièrement consacré aux aliments de base de la cuisine chinoise : raviolis, bouchées vapeurs… tout ce qui se fait à base de farine et qui représente la grosse partie du régime alimentaire de nombreux chinois. De plus, ce qui restait un mystère pour nous autres occidentaux est enfin percé : comment fabrique t-on ce fichu Tofu !? Autre découverte : la méthode traditionnelle de confection de pâtes fraîches, vous verrez c’est sportif !

Bref, rien ne sert que je vous résume les épisodes, jugez par vous-mêmes. A savoir qu’il existe également une saison 2, pour ceux qui ne seraient pas rassasiés…

La suite des épisodes c’est par ici.

Et pour une version française, mais en moins bonne qualité vidéo c’est par là.

Si vous cherchez de bonnes recettes asiatiques je vous conseille ce site.


Et si vous avez la flemme, je vous conseille la Taverne de Zhao, à Gare de l’Est.
Un petit restau pour le moins authentique. Exit les nems, les salades de papayes et autres délices sud-est asiatiques, place à la cuisine chinoise, la vraie, la bien grasse !

Revue de Web #5

Pour cette cinquième édition de Revue de Web en pleine période de fêtes, une sélection un peu moins exigeante que d’habitude, vous m’en excuserez.

Toutes les Revues de web#1 /–/ #2 /–/ #3 /–/ #4 /–/ #5

dededededededde
dededededed

A peine l’inter-saisons hivernale finie que la France démarre sur les chapeaux de roues pour le premier tournoi de l’année 2016. Le joueur terran français MarineLord a explosé tous ses adversaires les uns après les autres lors des Nation Wars III (un tournoi de starcraft  unique en son genre : ce sont les équipes nationales qui doivent en découdre pour soulever le trophée). La baguette enchaîne les perfs sur starcraft 2. Après la victoire de Lilbow aux WCS saison 3, et les prestations de plus en plus prometteuses de Firecake et Ptitdrogo, la France confirme son statut de meilleure nation de starcraft après la Corée en décrochant son premier titre de « championne du monde ». Il faut relativiser l’importance de la performance puisque la Corée n’a envoyé « que » deux de ses meilleurs joueurs sur les 3 formant l’équipe, à savoir INnoVation et Parting. L’équipe française n’était pas non plus la plus prestigieuse, Huk la qualifiant même de « B Team » à son plus grand regret… Toutefois, le jeune français a fait parler le skill et le sang-froid en s’imposant jusqu’en finale avec non pas un, pas deux, pas trois… mais bien QUATRE all-kills. Cerise sur le gâteau, le frenchie a conclu sa montée en puissance par un majestueux all-kill de la Corée en finale (5 victoires, 0 défaites) en se débarassant à deux reprises de la machine de guerre INnoVation et du BigBoy PartingMarineLord aurait-il dans l’idée de s’emparer du sobriquet de la légende coréenne MarineKing ? D’ailleurs, toute l’équipe d’OgamingTV a promis de caster toute la semaine en marcel, par respect pour le nouveau patron MarcelLord !

dedededededed
Vous trouverez les VOD’s des matchs ici (les demies et la finale arrivent sous peu).
Le replay pack pour les chapardeurs de build orders.

Enfin, les deux versions (VF – anglaise) des derniers instants de la finale France – Corée du Sud, si par malheur vous choisissez la VF, je vous prie de bien vouloir baisser d’un cran ou 4 votre volume sonore :
VF :


 

Quand une entreprise canadienne surf sur le brouillard de pollution en Chine

Vous êtes au courant, depuis quelques semaines, la Chine est « frappée » par un épisode de pollution sans précédent. Lors de la COP21, Pékin enregistrait déjà le taux de concentration de particules fines le plus élevé jamais enregistré dans la capitale. Le phénomène s’est depuis réitéré dans une dizaine d’autres villes qui ont toutes dû relever le niveau d’alerte à al pollution. De malins petit caribous ont flairé l’occaz et vendent désormais des bouteilles d’air frais à prix d’or aux petits chinois. Reportage.


 

Une enquête de l’OCDE sur la confiance des citoyens en leur gouvernement

La Suisse et l’Inde arrivent largement en tête avec respectivement 76 et 73% d’avis favorables, tandis que la France dégringole de 10 points par rapport à 2007 avec seulement 26% de confiance dans le gouvernement Valls en 2014. La moyenne de l’OCDE tourne autour des 42% (3 points de moins qu’en 2007). Les pays ayants le plus gagner la confiance de leurs habitants :  Russie (+27 points), Allemagne (+25 pts) et Islande et Israël tout deux à +22 points. Les pays ayants le plus chuté : Afrique du Sud (-32 points), Slovénie (-30 pts) et Espagne (-27).

 

Un GIF pour retracer l’Histoire tumultueuse des frontières du Royaume de France

L’Histoire de France vues par ses frontières

 

Le top des news de l’année 2015 selon l’AFP

Appuyer sur Ctrl + pour zoomer sur l’image.

Top news AFP2015
Top news AFP2015

De mon côté, je vous prépare deux chronologies interactives pour retracer l’année 2015 en deux thématiques : les nouvelles dont on parle peu (ou moins), et les bonnes nouvelles (déjà parue), pour éviter de rappeler encore et encore les mêmes catastrophes, guerres, attentats et autres désastres écologiques et météorologiques qui monopolisent l’actu toute l’année.

 

Une infographie pour mieux cerner ce qu’est le Big Data

 

Do not track : Une série d’épisodes sur les coulisses du web

Je vous en ai parlé longuement dans un dossier spécialement consacré à la personnalisation du web, mais je tiens à souligner cette série de vidéos explicatives réalisées par l’équipe d’ARTE sur le fonctionnement d’internet : comment les cookies vous tracent à longueur de journée, comment Facebook affine votre profilage likes apres likes, comment les algorithmes dominent le monde…

 

Le téléscope Hubble découvre une nouvelle étoile

A regardey en HDey:

 

 

Upfade : « la vitrine du monde de l’Art » sur internet

Seth Globepainter


 

Le best-of 2015 de la Boîte Verte

Le mieux du meilleur de l’internet c’est toujours sur la boîte verte, alors que dire du best-of du mieux du meilleur ? En tout cas, pour découvrir les pépites de l’année 2015 du maître de la boîte c’est par ici.

 

Toutes les influences cinématographiques de Quentin Tarantino en une vidéo


 

En parlant cinôche, Nolan dévoile sa vision d’une scène clé d’Interstellar

En mai dernier, l’équipe nous dévoilait déjà comment la scène de la bibliothèque multi-dimensionnelle avait été filmée, à voir sur konbini pour des décors incroyables. Cette fois le réalisateur à succès se livre dans une vidéo du New York Times.


 

Les chaussettes connectées de Netflix…

On conclut cette Revue de Web par l’innovation la plus débile développée par Netflix. Repérées sur Fubiz, ces MA-GNI-FI-QUES chaussettes connectées super UTILES inventées par Netflix pour ne pas perdre un miette de ses programmes préférés :

Revue de Web #4


Quatrième volet de Revue de Web ! Un condensé de l’actualité sur le web de la semaine. On commencera par un petit décryptage en images des régionales 2015, pour retrouver petit à petit des liens un peu moins « hard news », avec des vidéos et des applis.

Revues de Web précédentes : #1 /–/ #2 /–/ #3

décryptage des résultats des régionales avec les Décodeurs

Après une forte percée du Front National au premier tour, le fameux « sursaut républicain » aussi appelé « barrage » ou « alliance » ( par certaines…) a tapé dans le mille. Résultat, aucune région n’est tombée dans les mains du FN. Dans le Nord et en PACA où Marine le Pen et sa nièce atteignaient respectivement de 40,64% et 40,55% au premier tour ont du « se contenter » de 42,23% et 45.22% au profit de Xavier Bertrand (LR) et de Christian Estrosi (LR).

Aperçu des résultats nationaux.

Sur presque 44 millions d’inscrits en métropole, 58.53% sont allés voter (pour 41,47% d’abstention donc au 2em tour contre plus de 50% au premier). En pourcentage des votants, 2.8% ont voté blanc et il y a eu 2% de votes nuls.

Parmi les suffrages exprimés, Les Républicains arrivent en tête avec 27,8% des voix, devant le FN à 20.8%, et le PS à 19,7%. L’UDI arrive quatrième avec 11% des voix, suivent enfin les Divers Droite avec 4,1%.

Sur un total de 1772 élus régionaux, LR en compte donc 478, le FN 358 et le PS 339.

Plus d’éclairages sur les résultats avec les décodeurs du Monde.fr :

La carte des résultats.

Le vote blanc en France :

Le FN et l’abstention ne sont pas intrinsèquement liés. Les Décodeurs nous expliquent pourquoi il ne faut pas faire le raccourci :

Fn et abstention

Les 246 communes qui n’ont voté comme aucune autre.

 

Le top des marchands d’armes dans le monde

 

Condensé de l’information du jour dans votre boîte mail

Brief.me est un petit site avec une mission claire et précise : informer chaque soir le plus de monde possible le plus rapidement possible en envoyant un condensé de l’information du jour dans votre boîte mail. On contestera encore une fois la société de l’instantanéité, du manque de réfléxion etc… toujours est-il qu’une telle application peut amener un certain nombre de personnes désireuses de s’informer, à obtenir au moins un condensé de l’actu du jour, histoire de se faire un avis un minimum éclairé. Reste encore à savoir si le condensé est relativement équilibré et diversifié pour fournir une variété de points de vus, de domaines et de géolocalisations suffisamment conséquente pour se faire son propre avis sur l’état du monde… A tester donc.

 

Une web-série d’Arte pour tout comprendre du big data

Le Big Data gouvernera bientôt le monde. Oui, mais le big data c’est quoi ? Réponse dans le web-doc d’Arte, ou comment les entreprises collectent, achètent et revendent vos informations et vos données de connexions pour faire tourner la grosse machine du web.

Constitué de différents volets, le web-doc vous plonge au cœur du système des données. Ces données qui fusent dans tous les sens et qui permettent notamment aux entreprises de vous ficher et de vous proposer « une expérience personnalisée du web ». Vous savez, Google, Facebook et toutes les entreprises qui ont fait de l’échange de données leur unique fond de commerce, pour le moins prolifique.

Je vous recommande à ce titre un superbe bouquin d’Eli Pariser, The Filter Bubble dans lequel l’auteur décrit et explique les rouages de l’internet et comment au lieu d’ouvrir le monde, le web ne fait que de nous enfermer de plus en plus au sein de notre bulle de filtre personnelle. Celle que vos données de connexions (collectées par les cookies et géants du web) ont permit de construire et dont il est très difficile de s’extirper. Le risque ? Le risque c’est de n’avoir à terme qu’une information personnalisée et donc différente de votre voisin, selon votre profil. Le risque c’est de ne plus recevoir que des pubs de pandas si vous aimez les pandas, et donc de ne recevoir que des campagnes de dons ou des pubs de partis politiques défendant la cause animale, sans savoir ce que les autres proposent. Le risque, c’est de ne plus s’ouvrir à tout ce que le monde peut créer de différent et qui peut-être ne vous plaira pas mais dont il faut au moins avoir connaissance de l’existence. Alors oui, recevoir des vidéos de pandas quand on aime les pandas c’est bien, mais quand le web ne nous apparaît que comme un vaste enclos à peluches blanches à tâches noires, alors on ne fait que restreindre drastiquement nos perspectives de découvertes. En clair, un algorithme (comme le PageRank de google) c’est doué pour vous donner ce que vous cherchez, mais pas pour vous donner ce que vous ne savez pas encore que vous cherchez (et donc pourriez aimer). Oui, oui c’est compliqué… Je m’arrête là pour le moment, mais je vous prépare un petit article dédié à la question de la personnalisation du web, à paraître sous peu !

 

Sacrés caractères: des pastilles vidéos animées de France Culture

France Culture s’est intéressé aux typographies, aux polices de caractères. Celles que nous utilisons au quotidien sans en connaître l’histoire. C’est donc l’objectif de cette série de très courtes vidéos animées retraçant la genèse des typographies les plus symboliques.

En voici un exemple :

 

Nouvel épisode de Datagueule

 

Le label Because fête ses dix ans

Et pas n’importe comment… le label indépendant chez qui officient notamment Justice, Metronomy, Cassius, Django Django, Christine and the Queens, Moby et bien d’autres fête ses 10 ans avec une plate-forme web originale et dynamique. D’artistes en petits jeux et de petits jeux en artistes, venez (re)découvrir les titres qui ont fait le succès du label Parigo-Londonien.

 

On détend l’atmosphère

Avec « Compliment d’objets« , un tumblr dans la même veine qu’Objectivement, la série d’Arte mettant en scène des objets parlants embourbés dans des situations cocasses et absurdes.

tumblr_nx4qy8P6Ve1tej2jbo1_1280

…Et avec les photos dévoilées par la NAsa

L’info n’est pas toute fraîche, mais je suis tombé dessus en lisant cet article du huffington post, voici ma sélection des photos issues de la banque de photos publiques de la NASA sur les missions Apollo. Je me suis tapé une centaine de pages, alors je vous serai reconnaissant de regarder au moins 2/3 clichés sélectionnés dans les diaporama suivants :

La Lune :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La Terre

Ce diaporama nécessite JavaScript.


 

Deux gros films d’une qualité complètement équivalente sur la Lune:

Et le grand cultissime classique film de génie Iron Sky :


 

Bonne nouvelle

La Chine rattrape ses concurrents américains et japonais dans les exploits débiles. Je dis bien exploits, car il s’agit bien d’un exploit, même si c’est débile.

En parlant de Chine je renvoi les amateurs de cuisine vers cette chaîne youtube dédiée au documentaire en plusieurs épisodes de CCTV sur la cuisine chinoise. Article spécialement consacré à ce documentaire à venir dans les prochaines semaines.

Histoire de vous faire saliver en attendant le plat de résistance, petite vidéo-recette du phô viet-namien. Slurp.

 

 

Revues de web#1 /–/ #2 /–/ #3 /–/ #4

Ce que vous réserve la rentrée des séries !


Republication d’un article du mois d’août 2015. Pas de lien direct avec l’actualité. Je transfère mes écrits de l’été sur une seule et même plate-forme.


L’été est souvent synonyme de programmation cinéma et TV creuse et aride mais la rentrée de septembre est toujours là pour étancher notre soif.

La traversée du désert touche enfin à sa fin. Après un été particulièrement caniculaire, il est plus que recommandé de se précipiter sur les sorties automnales, plus fraîches et rassasiantes. Si le petit avant-goût des sorties ciné de la rentrée vous a mis l’eau à la bouche, la nouvelle fournée de séries débarquant par paquets après cette longue pause estivale agrémentée de ses indémodables feuilletons et autres shows TV de divertissement devrait vous combler.

Les nouveautés

Affiche poster série Versailles sur canal+
Affiche poster série Versailles sur canal+

La plus prometteuse :

Après les Tudors et Borgia, la chaîne cryptée récidive dans le genre historique. Avec Versailles elle voit grand en abordant l’une des périodes des plus lumineuses (ou des plus obscures) mais incontestablement des plus populaires de l’histoire de France. Période qu’admirent nos chers amis européens, américains ou même asiatiques. Ainsi, quoi de mieux que de placer son intrigue dans les coulisses du célèbre château pour attirer les spectateurs du monde entier ? Alors qu’il n’a que 28 ans, le Roi Soleil est prêt à tout pour asseoir son pouvoir et contrôler la noblesse. En la rassemblant à sa cour, il peut surveiller le moindre de leurs faits et gestes. Reste à savoir si les créateurs ont réussi à manier décors fastueux et machinations perfides avec succès. La réponse dès cet automne.

Humans, le remake américano-britannique de la version originale suédoise Real Humans.

Pas grand chose à dire de cette adaptation sinon qu’elle semble être un pâle copier-coller de la version suédoise. Mais si cela peut convaincre les spectateurs américains de visionner l’originale, pourquoi pas ?

En parlant de remake, la série Les Revenants a elle aussi eu le droit à sa pâle transposition dans un cadre plus…américano-américain. D’ailleurs la saison 2 du carton français de l’année 2012 arrive dès la rentrée. Après trois longues années de réalisation, Canal+ nous offre enfin la suite de sa lecture du genre « morts-vivants ». Longtemps restés sur notre faim, nous autres spectateurs n’avons plus qu’à espérer le maintien d’un niveau de qualité aussi bien photographique que sonore et d’acteurs semblables à la première saison ainsi que des réponses à nos questions longtemps suspendues et définitivement mûries après toute cette impitoyable attente !

Autres nouveautés : Panthers (création originale canal+), Scream Queens,Limitless

Les spin-off et autres reboots

Les spin-off (série dérivée) et reboots (reprise à zéro) sont désormais monnaies courantes outre-atlantique. Hollywood comme les chaînes câblées américaines tablent sur les succès passés pour miser sur le futur. Ainsi, au programme de la rentrée US : Heroes Reborn, Supergirl, la saison 2 de From dusk til dawn (tirée d’Une nuit en enfer de R. Rodriguez), Minority Report, ou encore Sleepy Hollow. The Walking Dead, la série phare d’AMC revient pour une 6ème saison le 11 octobre et a désormais sa petite sœur depuis le 23 août.

L’intrigue de Fear The Walking Dead se situe aux premières heures de la pandémie. En suivant une famille de Los Angeles, on assiste ainsi aux premières manifestations de cas de morts-vivants et donc aux premières rixes décousues et parfois grotesques mais non moins trépidantes entre survivants et déchets humains. De quoi raviver la flamme vacillante de l’originale tout en apportant un certain nombre de réponses quant à l’apparition du phénomène.

Du côté des indémodables

Petite piqûre de rappel des principales séries renouvelées à la rentrée :

Au mois de septembre : The Strain S2, Doctor Who S9, NCIS, Castle S8, South Park S19, Les Simpsons S27, Brooklyn nine-nine S3, Bones S11…

Au mois d’octobre : The Good Wife S7, American Horror Story S5. Arrow et The Flash, Vampire Diaries S7, The Walking Dead S6.

En France : Game of Thrones S4 et Homeland S5 sur canal+.

Coupés du monde pendant les vacances estivales ? Petit avant-goût de la rentrée cinéma !


Republication d’un article du mois d’août 2015. Pas de lien direct avec l’actualité. Je transfère mes écrits de l’été sur une seule et même plate-forme.


 

L’été a été long ? Alors voici un petit avant-goût des principaux films à sortir durant l’automne. Il s’agit ici d’une sélection personnelle des « principaux » films à venir, c’est à dire des films qui ont retenu mon attention et titillé ma curiosité de cinéphile inconditionnel. Je passerai donc sur les gros blockbusters dont les ombres planent inévitablement sur les plus petits budgets.

Dheepan

Le cru 2015 du festival de Cannes arrive enfin dans les salles et on commence fort avec la palme d’or.  Après une poignante incursion dans la vie carcérale qui lui valu, en 2009, le prix du jury pour Un prophète, Jacques Audiard poursuit son tableau des milieux difficiles en se plongeant dans la vie d’une famille de Sri-lankais débarquée en région parisienne. Si le sujet a déjà été traité, notamment dans Welcome, on peut espérer beaucoup de ce film qui place pour la première fois une famille d’immigrés au centre du film. Il n’est pas question de placer le personnage souvent secondaire de l’immigré sous l’aile bienfaisante d’un français généreux mais plutôt de s’immiscer directement dans l’expérience sèche et amère qu’est l’installation d’une famille à l’étranger et donc dépourvue de tout repère. La patte d’Audiard rappelle en cela celle de l’Iranien Asghar Farhadi qui dispose de la même capacité à s’introduire au plus près des rapports familiaux plus ou moins complexes et tendus selon les situations dépeintes (le divorce dans Le Passé, la femme prisonnière de son mari dans Une séparation) mais toujours d’une franchise et d’une authenticité quasi aberrante !

 Sortie le 26/08.

Youth

Poétique dans la Grande Bellezza, saisissant dans This must be the place, l’Italien Paolo Sorrentino n’a cessé de nous émerveiller avec son cinéma simple et beau. Ses prises de vues, ses personnages et leurs interrogations existentielles sinon farfelues ont tout pour cultiver cette atmosphère étrangère voire irréelle mais ô combien légère et apaisante qui domine chacun de ses films. Au casting de Youth, Michael Caine et Harvey Keitel séjournant dans un hôtel au pied des Alpes. Bientôt passée la barre des 80 ans, les deux artistes (l’un réalisateur, l’autre musicien) partagent leurs interrogations vis-à-vis du passé et de l’avenir au fil de rencontres tantôt banales, tantôt surprenantes. Et ce avec la même sérénité qui emplissait déjà le mondain Jep Gambardella dans la Grande Bellezza. Aucun doute donc que Sorrentino saura nous transporter avec ses personnages las mais aussi attachants qu’attachés à la vie.

Sortie le 9/09.

Sicario

On ne présente plus le québécois à l’origine des derniers thrillers les plus noirs et marquants de ces dernières années. Après avoir fait ses preuves dans Incendies, Prisoners et Enemy, Denis Villeneuve passe à la vitesse supérieure dans un thriller hollywoodien au casting d’enfer. Fini le polar noir. Villeneuve traite ici de la question du trafic de drogue qui gangrène la frontière mexico-américaine. Emily Blunt (Edge of Tomorrow, Petits meurtres à l’anglaise) est appelée au renfort d’une brigade d’élite menée par Benicio del Toro (Paradise Lost, Ché et 21 grammes) dans le but de faire tomber un gros poisson du cartel de Juarez. Si le synopsis ne propose rien d’extraordinaire, on peut s’attendre au génie du québécois pour relever la barre du banal film de vilains narcotrafiquants en proie aux investigations d’agents soit intrépides et héroïques soit peu scrupuleux…mais quand même héroïques.

Sortie le 7/10.

Claustrophobia

En thriller (The Chaser, J’ai rencontré le diable…) comme en film catastrophe (The Host) ou en comédie dramatique (Mother) le cinéma sud-coréen ne cesse de nous livrer des bijoux d’esthétisme, d’action ou d’authenticité sans pareils. Au programme de cet automne, une compilation de 5 courts-métrages de genre dont on ne sait quasiment rien, mais dont on ne peut qu’espérer beaucoup !

Sortie le 16/09.