Edito Dossier E-Sport

barreesport

Les médias généralistes parlent de « phénomène de société » pour décrire des phénomènes qu’ils ne saisissent pas entièrement mais dont ils ne peuvent que constater l’engouement. Au fil des années, le jeu vidéo a su gagner en maturité et en notoriété. Une maturité perceptible dans la vision qu’en proposent les médias.

Elle est loin, bien loin, l’époque des petites lans organisées par une bande de geeks au fond du garage.

Aujourd’hui, les stades remplis, la multiplication des activités économiques et les audiences twitch qui explosent ont amené le gouvernement français à se pencher sur la question. L’eSport est devenu uns secteur économique à part entière, avec ses investisseurs, ses entrepreneurs, ses joueurs et son public, toujours plus nombreux et innovants.

Les retransmissions de compétitions de jeux-vidéo battent chaque année de nouveaux records d’audiences. En 2013, les IEM Katowice ne comptaient que 470 000 spectateurs. En 2014, 534 000 internautes visionnent les matchs de ce rendez-vous désormais incontournable. Et 2015, 750 000 internautes répondent présents, et en 2016, les IEMS battent tous les records avec plus d’1,4 millions de spectateurs connectés au même moment.

Bienvenue dans le monde de l’E-Sport !

barreesport

Le sport électronique vu sous différents angles :

Publicités

BlizzCon 2015 : Seul contre tous, Lilbow versus South Korea aux championnats du Monde de StarCraft II

La grand-messe des jeux vidéos de Blizzard Entertainment, la BlizzCon, se tiendra le 6 et 7 novembre, à Anaheim en Californie. Conférences, cosplay, et tournois de jeux vidéos animeront le salon. Au programme de ce grand rendez-vous compétitif, les phases finales des championnats du monde de Heroes of The Storm, Hearthstone, World of Wacraft et de StarCraft II.


Bilan de l’année starcraft ii

Une réorganisation réussie

En 2014, le championnat de StarCraft est pénalisé par un format complexe et inéquitable. Les trois principales régions que sont la Corée du Sud, l’Europe et l’Amérique organisent chacune leur propre tournoi WCS pour envoyer par la suite leurs meilleurs joueurs en phase finale mondiale, trois fois par an. Or, la scène e-sportive demeure très largement éclatée, sans aucun équilibre de niveau entre les continents. Face au format réducteur des WCS 2014, de nombreux joueurs originaires du pays du matin calme et dont les efforts incommensurables n’offraient plus les clés du succès décident de plier bagages pour partir à la conquête de l’Amérique et de l’Europe. Le mouvement migratoire est tel que lors de la saison 2 des WCS Amérique 2014, 29 des 32 joueurs qualifiés en seizièmes de finales étaient coréens… De même, sur les six finales des WCS Amérique et Europe, aucune n’a vu de non-coréen défiler.

Dans le but de palier cette hégémonie coréenne, Blizzard a composé une toute nouvelle recette pour l’édition 2015. L’éditeur a su trouver les ingrédients miracles en limitant les possibilités de transferts inter-régions et en refondant la structure même de son tournoi. Juste retour des choses, les joueurs coréens ont pu en découdre dans deux tournois à domicile (offrant donc le double de points) tandis que le reste du monde tentait désormais de se départager dans un tournoi unique. De quoi inciter les coréens à rester au pays tout en donnant plus de place et de visibilité aux autres nations.
Si l’objectif était d’offrir une compétition au panel de joueurs issus de toutes les nations, alors il est largement atteint. Toutes saisons additionnées, on comptait en 2014, dans le top 16 des WCS Europe, 20 coréens pour 48 européens et 33 coréens pour 15 américains seulement dans le top 16 des WCS Amériques. Dans l’arbre unique des WCS 2015, on ne comptait plus que 13 coréens sur 48 joueurs. Seul bémol, la composition de l’arbre des finales annuelles demeure inchangée : 15 coréens contre le suédois Naniwa en 2014, et 15 coréens contre le français Lilbow en 2015.
Toujours est-il que les non-coréens ont tout de même été beaucoup mieux représentés tout au long de l’année. Sur les 3 finales de WCS, nous avons eu le droit à une finale France/Corée (Lilbow vs Hydra) et une France/Pologne (Lilbow vs Mana).

La suprématie des envoyés d’aïurs

En fin de vie, la première extension Wings Of Liberty (WOL) était tombée sous le joug zerg avec des joueurs très orientés macro-gestion et parties longues, comme le français Stephano, la canadienne Scarlett, ou encore le (toujours) très solide norvégien Snute. Si les Terrans avaient bien démarré la seconde extension du jeu, avec des Flash et des INnoVation aux mécaniques de jeu infaillibles, l’ascension progressive des joueurs Protoss a fini par se concrétiser.

Pour mieux se rendre compte de la répartition des gains par race :

Plus significatif encore, c’est la (non) diversité des joueurs finalistes des trois grandes ligues (WCS, SSL et GSL) qui traduit le mieux cette « crise de la représentation ». Chez les Terrans le gateau a plutôt bien été partagé, sur les 5 finales jouées par un joueur terran, il n’y a que Dream qui en compte deux. Mais chez les zergs, ByuL et Hydra se départagent à eux deux 5 des 6 finales jouées par un zerg.

Raise your baguette

La grande finale annuelle des World Championship Series (WCS) de StarCraft II verra les meilleurs joueurs de l’année s’affronter. Au terme des trois saisons de WCS et des deux ligues coréennes, la Global Starcraft League (GSL), et la Sbenu Starcraft Starleague (SSL), les seize joueurs ayant amassé le plus de points WCS ont validé leur ticket d’entrée au choc final. La compétition commence dès aujourd’hui, dimanche 1er novembre, puisque les huitièmes de finales (RO16) se joueront exceptionnellemnt une semaine avant, à partir de 21h, heure française.

 

Arbre BlizzConphoto

Foreigner Hope

Parmi le top 16 des tout meilleurs joueurs du monde, un intrus, le protoss français Lilbow. Hérault de la baguette et champion en titre des WCS Saison 3, le français portera sur ses épaules tous les espoirs du foreigner hope. L’espoir de voir un jour un foreigner, c’est à dire un non-coréen, tenir tête aux machines de destruction coréennes. Et qui sait, peut-être raviver la flamme du dernier foreigner hope  en date, l’illustre joueur zerg Stephano, lui même français.

Rien ne sert de se voiler la face. Le chemin sera sinueux et semé d’embûches, et pas des moindres. Parmi ces « bûches », le zerg Life, en quatrième position du classement mondial, vainqueur de la première GSL de l’année 2015 et finaliste de la dernière BlizzCon, et que Lilbow devra affronter dès le premier tour. Seconde embûche sur son potentiel chemin futur, INnoVation (5ème mondial), champion en titre de la dernière GSL et de la Proleague avec son équipe SK Telecom. Puis viendra peut-être le tour de ByuL (8°). Avec trois finales majeures perdues à son actif, le joueur de chez CJ Entus aura fort à faire pour ne pas battre le triste record de son congénère, le zerg soO, qui s’était lui même illustré en se se qualifiant consécutivement aux quatre finales de GSL de l’année 2014, sans aucune victoire à la clé.

Toujours est-il que la hype est bien là, et que la scène e-sportive française et même mondiale suivra de très près l’épopée de Lilbow le Hobbit dans les contrées Californiennes. Ou bien coréennes, on ne sait plus.

Petite vidéo en soutien au joueur protoss français, réalisé par un fan:


 

Où regarder les matchs ?

La compétition est à suivre en direct sur le stream anglophone et sur le stream français ci dessous ou même à la viewing party organisée au Belushi Gare du Nord par OgamingTV.

Et pour comprendre le jargon des commentateurs c’est par ici.

http://player.twitch.tv/?channel=ogamingsc2Watch live video from OgamingSC2 on www.twitch.tv

 


 

Mes pronostics

 

herO 3-1 Fantasy              herO 2-3 ByuL
ByuL 3-1 Classic

INnoVation 3-2 Zest         INoVation 3-2 Life              INnoVation 2-3 ByuL   

Lilbow 2-3 Life                                                                                                         ByuL 4-2 Maru

 

Rain 3-0 Polt                      Rain 3-1 SoS                      Rain   1-3   Maru

Parting 2-3 SoS

Hydra 2-3 Dream               Dream 1-3 Maru

Maru 3-1 Rogue

Pronostics Aligulac

 

Pronostics Aligulac BlizzCon 2015 StarCraft II

Clés en mains, c’est maintenant à vous de faire parler vos talents d’oracle en pronostiquant l’issue de cette finale dans les deux sondages suivants:

BLIZZCON 2015 : LE FRANÇAIS « LILBOW » RÉUSSIT L’EXPLOIT !

Au terme d’une troisième et dernière saison des World Championship Series qui s’est conclue ce week-end, sur scène à Cracovie, la jeune pousse française a bel et bien rejoins la cour des grands en remportant la finale 4-2 face au polonais Liquid Mana.

Une finale riche en enjeux

La planète StarCraft II était en ébullition hier, dimanche 13 septembre, après la victoire de la baguette. Hasard du calendrier, le français a reussi l’exploit tant attendu le jour où Google lui-même célébrait la baguette de tradition française. Les internautes n’auront pas manqué de le faire remarquer :

Rien ne semblait pouvoir freiner sa course. Pas même la présentation en grandes pompes de la cinématique de la prochaine extension du célèbre jeu de stratégie en temps réel. Une scène bien montée, un jeu de lumières bien ficelé et un public polonais chauffé à blanc auront fait transcender la grande cérémonie de Blizzard. Restransmise sur différentes chaines hebergées sur twitch, la compétition aura plus que jamais rassemblé les foules. Un pic à  90 000 spectateurs a été enregistré durant l’annonce de la date de sortie de la prochaine extension. Le stream français a lui aussi largement remonté la barre avec un pic à 15000 spectateurs. Du jamais vu depuis qu’OgamingTV a obtenu les droits de diffusion exclusifs en français.

 Le champion muni de son arme de prédilection :

//platform.twitter.com/widgets.js

La Baguette passe, la Corée trépasse

Le jeune protoss de chez Millenium aura fait un parcours idéal. Ecartant tour à tour trois coréens. Il s’est d’abord défait de son coéquipier ForGG pour ensuite croquer l’illustre Jaedong dans sa poule de qualification, avant d’obtenir sa revanche sur le tenant du titre Hydra, qui l’avait déjà écarté du titre la saison passée. Et tout cela, fait extrêmement rare, pour affronter deux européens. En demies-finales, il a croisé la route du suédois Zanster auteur d’une prestation exceptionnelle (première participation en Premier League). Enfin, en finale (remportée 4/2 par le français) ce fut au tour de Mana, tombeur de son côte du très solide ForGG.

Les points clés de ce weekend fort en émotion

L’exploit

Bien évidemment, celui du français Lilbow, qui par deux fois s’est retrouvé dos au mur, notamment sur la troisième partie contre Hydra où il était mené 2/0, puis contre Zanster dans une cinquième et dernière partie de folie où il réussit le hold-up de l’année.

Les derniers instants de la demie-finale entre le Français en Protoss rouge contre le Zerg Suédois Zanster en bleu :

Le français a ainsi laissé sa marque en faisant irruption à la 13ème place mondiale. Se qualifiant par la même occasion pour la BlizzCon, grande finale annuelle rassemblant les plus grosses têtes coréennes. Elle se tiendra à Anaheim, en Californie, le 6 et 7 novembre.

Exploit qui a même été souligné par le Gouvernement, oui, oui, oui:

L’audience exceptionnellement élevée

La moyenne de 50 à 60 000 viewers sur le stream international et de 9000 viewers sur le stream français dont le pic le plus elevé atteint jusqu’alors ne dépassait pas la barre des 8500 confime une fois pour toute que le nouveau format appliqué à l’édition 2015 est définitivement une réussite, ressuscitant StarCraft II d’entre les morts.

La sortie de Legacy of The Void, accompagnée d’une cinématique alléchante

Sortie prévue le 10 Novembre :

Maintenant, reste à prouver pour Lilbow qu’il mérite bel et bien sa place de meilleurforeigner en accomplissant une belle entrée en matière dans le tournoi final. La baguette aura fort a faire pour se débarrasser des herO, Life, Maru et compagnie. Si l’affiche paraît extrêmement compliqué, on peut compter sur l’incroyable protoss versus zerg du français pour faire mentir les pronostics. Dans tous les cas, le jeune français n’aura d’autre choix que d’élever encore une fois son niveau de jeu s’il espère s’approcher ne serait-ce que d’un tour des 100 000 $ a la clé.

Internet & Entreprise : G2A ou l’essor d’un nouveau géant de la vente en ligne

g2A

Le web est l’un des secteurs les plus innovants et surtout les plus prometteurs. Quotidiennement, de nombreux sites web voient le jour, se meurent et finissent même par disparaître. D’autres, plus robustes, se maintiennent, quand d’autres encore, ne cessent de gagner en puissance. C’est le cas de G2A, premier marché en ligne de produits digitaux.

G2A qu’est ce que c’est ?

G2A, c’est une market place. Une plate-forme de vente en ligne. On y trouve de tout, mais surtout des clés de jeux vidéos. En 2014, le site comptait 2 millions de clients pour plus 5 millions de transactions.

Lancé en 2010 sous l’étiquette Go2Arena, le groupe, qui opère depuis la Pologne ( mais sis à Hong Kong pour des raisons évidentes) a connu une ascension fulgurante. Jusqu’à devenir leader mondial dans sa catégorie, juste derrière Steam.

De bébé tigre à dragon du web, les clés du succès :

Une image en pleine restauration :

Depuis son lancement, l’entreprise souffre d’une réputation relativement négative et provoque l’ire de certains développeurs. Dernier coup d’éclat, G2A s’est vu menacé d’interdiction de sponsoring aux LCS, la compétition phare de League Of Legends. Pour cause, on pouvait trouver sur la market place un certain nombre de produits contrevenant au réglement de Riot Games, éditeur du jeu. Au manager France, Matthieu Dzitko, de confirmer : grâce au programme d’affiliationgoldmine, G2A « a pu exploser dans le bon sens comme dans le mauvais. Certains l’ont suivi très sérieusement quand d’autres ont simplement spammer les forums ».

Pour y remédier, la start-up multiplie les opérations de communication en signant différents partenariats avec les développeurs et les sites de paiements, mais aussi avec les grands noms de la scène Youtube. Parmi eux, PewDiePie, premier youtubeur à franchir la barre des 10 milliards de vues. Ce partenariat est doublement significatif. Il offre une visibilité maximale à l’entreprise mais cache une autre ambition du groupe : redorer son image. Le site lance sa propre campagne d’aide aux enfants défavorisés et lève plus de 500 000 dollars, « c’est ce qui a séduit PewDiePie, qui reverse régulièrement ses gains dans l’humanitaire » justifie t-il.

Qualité de service : 

Au total, près de 20 millions d’euros ont été dépensés pour construire un environnement digital sûr et ergonomique, répondant à toutes les exigences des utilisateurs. L’entreprise bénéficie d’une assitance ouverte 24/7 et en 7 langues, d’une présence dans 130 pays et d’une sécurité de paiement exemplaire. Elle se targue ainsi d’un taux de satisfaction à 97%.

Au fil des mois, l’entreprise accumule les certificats. Mais l’événement décisif remonte à 2014. G2A devient une market place. Elle quitte son rôle de revendeur et se positionne en simple intermédiaire entre l’offre et la demande. En l’espace d’un an, le nombre de visiteur mensuels est multiplié par quatre.

L’esport, un nouveau terrain de jeu plein d’espoir :

Portée par une équipe jeune et innovante, l’entreprise mise sur le long terme en investissant dans le sport électronique. Alors que le secteur se cantonne au statut d’économie émergente, le manager France ne mâche pas ses mots : «l’e-sport c’est le futur, on regarde un match de LoL comme on regarde un match de foot ».

En 2014, G2A fait sa première apparition à la MSI Beat It. Mais le tigre a encore faim. Il multiplie sponsors et partenariats. Dernier en date, le partenariat avec Ogaming, premier site de diffusion de matchs de StarCraft II et de League of Legends en France et en Europe.

Une compagnie en plein essor pour une scène en plein boom

La réputation sulfureuse qu’on a pu lui coller dans le passé semble derrière elle. Développement technique, lancement de la market place, entrée dans l’e-sport et mise en place du mode de paiement sécurisé G2A Shield, autant d’efforts qui ont permis à l’entreprise de conquérir le statut de n°1 sur eBay en vente de produits de gaming.

Réponse de G2A à Riot

Retrouvez bientôt l’intégralité de l’interview sur ma page éditoriale.