DC Comics vs Marvel : la bataille fait rage

Entre les mutants de Marvel et les justiciers de DC Comics la guerre est bel et bien déclarée. Et pourtant, la franchise de la Warner peine a conquérir les spectateurs. Décryptage de la planète super-héros.

Vielles rancunes

Du premier Batman sorti en 1966 en passant par la saga Superman puis un retour sur le devant de la scène pour l’homme chauve-souris, l’incroyable parcours de DC Comics est ensuite tombé dans le creux de la vague pendant les dix dernières années. Elle a bien tenté de renouer avec le succès avec les récents et décevants Batman vs Superman et Suicide Squad. Mais à ce jour, seule la trilogie de Christopher Nolan est restée dans les mémoires.

Mal en point, The Walt Disney Company a trouvé dans le film de super-héros sa nouvelle vache à lait. Elle se fera le mécène de la mouvance super-héros en acquérant, dès 2009, la société Marvel Entertainment pour 3,6 milliards d’euros. Une bagatelle en comparaison des 10 milliards générés depuis. De quoi se refaire une bonne santé. Si bonne qu’elle peut aujourd’hui dérouler les films sur des personnages tous plus fantasques les uns que les autres. Même l’assez ridicule Ant-Man est parvenu à générer plus de 500 millions d’euros de recettes et de truster la seconde place du box-office américain pendant plusieurs semaines.

Après des débuts remarqués mais mitigés au début des années 2000, fort de ce nouvelle force de frappe budgétaire, le studio atteint désormais des sommets et ses films campent presque systématiquement les premières marches du box-office. En 2015, c’est Avengers 2 qui a généré le plus de revenus avec 1,4 milliards de dollars, juste derrière Jurassic World et l’autre poids lourd de Disney, le premier épisode de la nouvelle saga Star Wars.

La guerre était déclarée. Et entre les deux molosses du secteur, difficile de se faire une place. Certaines adaptations ont bien tenté leur chance avec plus ou moins de succès. On retiendra le très réussi The Mask (Dark Horse Comics), magistralement interprété par Jim Carrey ou encore la trilogie Men In Black (Aricel Comics).

Un style incisif : comique et pop

Pour se tailler la part du lion, Marvel a commencé par se démarquer de son rival historique, premier à avoir porté le super-héro sur le grand écran, en adoptant un style de narration plus dynamique et une recette miracle qui fait désormais tous les succès de ses films. Loin des univers sombres souvent associés à la justice et au crime de DC Comics, le studio de Disney a trouvé sa propre marque de fabrique mêlant humour plus ou moins lourd et action décoiffante.

Récemment, devant l’épuisement des blagounettes d’Iron Man ou des Avengers, le studio a pris la tangente et adopté un style encore plus percutant. D’un humour potache, les dialogues ont progressivement basculé vers un humour décalé voire cynique. Un style sublimé par une bande-son pop qui a fait ses grands débuts dans les Gardiens de la Galaxie et dont son nouveau personnage Deadpool s’est fait l’ambassadeur jusque dans les opérations de promotions extérieures au film lui-même.

A contre-courant de l’ambiance bon enfant et happy ending à l’américaine, les studios Marvel ont su développer un nouveau style qui séduit une autre catégorie de fans, notamment les plus âgés. C’est cette variété qui constitue aujourd’hui le gros de sa force de frappe.

Ce style, Marvel l’a inventé, DC Comics s’y est essayé… et s’est pris un mur. Souhaitant surfer sur la vague décalée des derniers films de son concurrent, Suicide Squad a été conçu dans la même mouture : des méchants punk et insolents et une bande-son énergique. Mais la recette n’aura pas pris et les critiques ont été radicales : 0 pointé.

La guerre ne fait que commencer

A la manière de véritables stratèges de guerre, les deux géants ont réfléchi et élaboré des plans bien huilés. Si vous pensiez réchapper aux films de super-héros, c’est raté. Avec son Universe Phase 3, Marvel annonçait la couleur pour les prochaines années. Un programme chargé en sorties : Spider-Man Homcoming, Doctor Strange, les Gardiens de la Galaxie 2 et toutes une série de suites et nouveautés.

Du côté de la Warner, le film Superman Vs Superman a tout de même été un véritable succès commercial en dépits d’un accueil mitigé. DC Comics reprend du poil de la bête et se lance de plain-pied dans l’industrie du super-héros. La Warner reprend le même modèle en construisant sa stratégie autour de sa grosse Berta, Justice League, l’équivalent maison des Avengers. Les deux studios ont trouvé dans cette réunion de super-héros le meilleur moyen d’introduire de nouveaux personnages – et autant de films – tout en catalysant sur l’engouement des spectateurs pour chacun d’entre eux.

DC Comics dispose désormais de son propre arsenal de spin-off mettant à l’honneur ses différents justiciers masqués : Wonder Woman, Flash, Aquaman… Et la Warner en a bien besoin. Car les échecs successifs de Green Lantern, Jonah Hex ou Ghost riders conjugués aux maigres résultats des têtes d’affiche Man Of Steel et Superman Returns n’auront pas suffit à rattraper la machine Marvel. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur les dix plus grands succès de tous les temps, Marvel en compte trois, tandis qu’il faut redescendre jusqu’à 17e et 26e places pour trouver un film labellisé DC Comics…

affiche du film suicide squad

Les séries télévisées : le nouveau front de guerre

Hollywood est passé maître dans l’art du marketing produit. Spin-off, cross-over, prequel ou sequel, toutes ces techniques de base du répertoire cinématographique américain ont été utilisées et éprouvées par les deux studios. Mais c’est par le petit écran que l’ancien roi du secteur a initié son retour en grandes pompes. On compte déjà cinq séries portant sur des personnages de l’univers DC Comics (Flash, Gotham, Supergirl, Arrow et Legends of Tomorrow) et d’autres sont en cours de développement. Ce format télévisé lui permet notamment de renouer avec les intrigues plus noires et travaillées qui ont jadis fait sa force. Tandis que son rival Marvel joue plutôt sur le tableau du spectaculaire et de l’humour.

Mais attention, DC Comics est attendu au tournant par un Marvel bien décidé à déployer la grosse artillerie. Si la franchise de la Warner a été le première à signer son retour à la télévision, son rival n’est pas prêt de lui laisser le champ libre et contre-attaque déjà ou s’apprête à le faire avec pas moins de huit séries dans les starting-blocks, dont la très attendue Luke Cage dont le teaser vient d’être dévoilé.

Reste maintenant à savoir si la nouvelle stratégie de spin-off n’a pas été mise en marche trop tardivement, les fans du genre ayant déjà pu se rassasier avec pas moins de 45 films depuis le début des années 2000. La sortie de Justice League en novembre nous donnera un début de réponse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s